2015, une année record pour la filière biogaz française

0 Voir tous les commentaires

EDF FENICE : SITE INDUSTRIEL FIAT, ITALIE - @EDF - ERANIAN PHILIPPELe ministère de l’Ecologie a publié, mercredi 30 décembre dernier, un nouveau tableau de bord, dédié aux installations de production d’électricité à partir du biogaz sur le territoire français. Cette nouvelle publication trimestrielle du Commissariat général au développement durable (CGDD), présente l’état des lieux d’une filière énergétique en pleine croissance, regroupant désormais plus de 400 unités de production et 355 mégawatts (MW) de puissance installée.


 

Le biogaz, une filière énergétique à fort potentiel

Facilement stockable et valorisable en électricité, en chaleur ou en carburant, la production énergétique issue du biogaz, c’est-à-dire, de la fermentation des matières organiques animales ou végétales, présente des perspectives plus que prometteuses. Si sa contribution au bilan énergétique national est encore faible (seulement 2 % des énergies renouvelables consommées), la filière pourrait néanmoins représenter plus de 10 % de l’exploitation française de gaz en 2020.

Concernant la production d’électricité, la puissance électrique biogaz raccordée au réseau était, à la fin de l’année 2013, de 274 MW répartis sur 246 sites de production, soit 18 % de mieux que pour l’année 2012. Cette tendance à la hausse s’est confirmée en 2014 puis en 2015, année qui s’impose d’ores et déjà comme une année de référence pour les acteurs du secteur.

Le cap des 400 installations franchi en 2015

Fin septembre 2015, la puissance cumulée était en effet de 355 MW, en hausse de 11 % sur les trois premiers trimestres de l’année, dont un deuxième trimestre record avec plus de 25 MW installés sur les 35 MW supplémentaires raccordés depuis le début du mois de janvier. Au total, la France compte désormais 408 installations, soit 15 % de plus qu’en janvier 2015.

La puissance des nouvelles installations est aussi nettement plus élevée sur les trois premiers trimestres 2015 que sur la période équivalente de 2014. Les installations d’1 MW ou plus ne représentent que le quart du nombre total d’installations raccordées, mais les trois quarts de la puissance installée. Les deux tiers de cette puissance correspondent à la valorisation du biogaz issu d’installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND), tandis qu’un quart correspond aux méthaniseurs.

Au cours de cette même période, la production électrique s’est élevée à 1,2 TWh en France continentale, augmentant de 21,5 % par rapport à la même période de l’année 2014. Elle poursuit ainsi sa progression ininterrompue depuis le début de la décennie, en lien logique avec le développement du parc de production.

Une évolution positive mais toujours insuffisante

Depuis 2009, [la puissance installée] s’accroît régulièrement de 4,8% en moyenne chaque trimestre“, explique le document, précisant qu'”excepté en 2010, son niveau dépasse chaque année la trajectoire fixée par le programme national d’action (PNA) en faveur des énergies renouvelables“.

Ajouté à cela, les services du ministère dénombraient au 30 septembre 2015 plus de 140 projets en cours de réalisation et la promesse d’une puissance globale supplémentaire équivalente à 98 MW.

Pour autant, cette progression semble trop lente pour atteindre l’objectif de 4230 GWh de production fixé pour 2020. Un objectif largement réalisable compte tenu du potentiel important de gisements de biodéchets disponible, mais qui nécessite une politique plus incitative de la part du gouvernement.

Les récentes annonces de réévaluation tarifaires, et celles à venir dans les prochaines semaines, sont donc porteuses d’espoir pour les entreprises du secteur, et permettront peut-être d’entretenir et d’accélérer cette dynamique.

En savoir plus

→ Plus de 400 installations de production d’électricité à partir de biogaz au troisième trimestre 2015 (Actu-Environnement)

→ Tableau de bord : biogaz pour la production électrique (PDF)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>