Comment réduire les dépenses énergétiques des data centers ?

2 Voir tous les commentaires

serveur - © EDF - Jean-Lionel DiasLes data centers, ces centres où sont sont stockées et traitées les données informatiques, sont un exemple criant de l’augmentation de la demande mondiale d’énergie. Véritables gouffres énergétiques, les data centers consomment désormais plus de 1% de l’électricité mondiale. Il existe néanmoins plusieurs solutions pour limiter l’impact énergétique de ces centres de données, par exemple en exploitant davantage la chaleur qu’ils dégagent.


 

Le poids des data centers dans la consommation électrique

Les data centers, ces centres qui regroupent les serveurs où sont stockées les données informatiques, sont de véritables gouffres énergétiques. Selon Dalkia, un data center de 10.000 m2 consomme autant d’énergie qu’une ville de 50.000 habitants.

D’après une étude de l’Université de Standford, les quelques 500.000 data centers  existants dans le monde consommeraient environ 30 milliards de watts d’électricité par an, soit l’équivalent de la production de 30 centrales nucléaires.

L’énergie dépensée par les centres de stockage des données informatiques équivaudrait à 1,4% de la consommation électrique mondiale. Les data centers seraient également responsables de 2% des émissions mondiales de CO2, soit autant que le trafic aérien mondial.

Le poids des data centers dans la consommation d’électricité est encore plus important dans les pays développés. En France, les data centers consommeraient 9% de l’électricité du pays, selon France Culture. Autre exemple éloquent, le premier data center construit par Facebook en Europe consommerait à lui seul 1% de l’énergie suédoise.

La croissance du secteur étant très importante (+10% en France) en raison du développement d’Internet sur appareils mobiles et de l’augmentation des besoins de stockage des entreprises, la demande énergétique liée au data centers va continuer à augmenter fortement.

Pourquoi les data centers consomment autant d’énergie ?

La consommation électrique conséquente des data centers a plusieurs explications :

D’une part, les serveurs de stockage ne peuvent pratiquement jamais être arrêtés pour ne pas perdre les données confiées par les clients des data centers. Ils fonctionnent donc 24 heures sur 24, tous les jours de l’année.

De plus, ces serveurs sont des appareils électroniques de grande taille qui produisent énormément de chaleur. Leur bon fonctionnement est assuré par des systèmes de climatisation très énergivores.

Enfin, pour ne pas perdre de données lors d’éventuelles coupures d’électricité, les data centers sont équipés de générateurs de secours fonctionnant au fioul (émetteurs de CO2), voire de batteries, qui contribuent à accentuer leur dépense énergétique.

Comment réduire l’impact énergétique des data centers ?

Même si les data centers consomment beaucoup d’énergie, ils en génèrent également sous forme de chaleur. Cette chaleur, qui pourrait contribuer à réduire l’impact énergétique des data centers est cependant sous-exploitée. Une enquête du New York Times parue en septembre 2012 a montré que jusqu’à 90% de l’énergie développée par les data centers était gaspillée.

Conscients que ce gaspillage contribuer à écorner leur image, les marques associées au stockage de données informatiques commencent toutefois à faire des efforts pour réduire l’impact environnemental lié à l’exploitation des data centers.

Toujours très attentif à son image de marque, Apple affirme que 100% de l’énergie consommée par ses data centers est désormais d’origine renouvelable, alors qu’un rapport datant de mai 2012 affirmait que les centres de données du groupe étaient principalement alimentés par des centrales à charbon.

D’autres solutions misent sur l’efficacité énergétique et la réduction du gaspillage. En France, Orange assure que son data center nouvelle génération qui sera inauguré le 7 juin en Normandie permettra d’économiser l’équivalent de la consommation électrique d’une ville de 100.000 habitants grâce à un système de refroidissement faisant appel à l’air frais extérieur qui sera insufflé dans les salles informatiques. Ce système devrait limiter le recours à la climatisation électrique à la seule saison estivale.

Au États-Unis, la data center eBay situé dans l’Utah dépense 30% d’énergie en moins  grâce à un système de refroidissement à l’eau de pluie qui permet de se passer des systèmes de climatisation électrique quelques 7.000 heures par an. Son coût d’exploitation est également divisé par deux grâce à ce système, assure eBay.

Une autre solution consiste à utiliser la chaleur dégagée par les climatiseurs électriques pour alimenter un système de chauffage.

A Paris Val d’Europe, Dalkia (filiale de Veolia Environnement et d’EDF spécialisée dans les solutions d’efficacité énergétique) a mis au point un système qui permet de redistribuer l’air chaud d’un data center dans un réseau de chauffage collectif.

Via un échangeur thermique, l’air chaud permet de porter l’eau du réseau de chauffage à une température de 55 degrés. Grâce à cette solution qui génère 26.000 MWh par an, Val d’Europe est le datacenter français qui alimente le plus d’entreprises en chaleur.

Alors qu’un centre aquatique et une pépinière d’entreprises sont d’ores et déjà chauffés par le data center, la solution élaborée par Dalkia à Val d’Europe permettra à terme de chauffer 600.000 m2 de bâtiments (bureaux, logements, hôtels,…).

En savoir plus

Le data center, une nouvelle source de chaleur (BFM) 

La récupération de chaleur des data centers (Dalkia)

Data centers : les ogres énergivores d’Internet (France Culture)

2 réflexions au sujet de : Comment réduire les dépenses énergétiques des data centers ?

  1. Ping : BlackGreenIT | Comment réduire les dépenses énergétiques des datacenters ? | L’énergie en questions

  2. Ping : Greenpeace dévoile le mix énergétique des grandes sociétés du web | L'Energie d'avancer

TOP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>