La Chine poursuit le développement des énergies propres

0 Voir tous les commentaires

centrale nucléaire en Chine - © EDF - Gabriel LiesseAu delà du rôle joué par son gouvernement lors des négociations climatiques de Paris, la Chine semble s’engager davantage pour l’environnement et l’instauration d’un développement économique plus durable. Le futur poids lourd du marché mondial de l’énergie investit en effet massivement dans le secteur des énergies propres pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre et respecter à terme ses engagements climatiques. Il compte pour cela sur le développement d’ici à 2030 d’un mix énergétique plus durable composé d’une part croissante d’énergies renouvelables et nucléaire.


 

Le respect des objectifs climatiques

Si la chine reste à ce jour le premier pollueur à l’échelle mondiale et se retrouve confrontée à intervalle régulier à de graves problèmes de pollution atmosphérique, elle semble en parallèle s’ouvrir progressivement à la cause environnementale et renforce depuis quelques mois son action en faveur du climat.

Le gouvernement chinois a publié l’été dernier une contribution prometteuse fixant son pic d’émissions de CO2 à l’année 2030 et prévoyant une baisse de 60 à 65% de ses émissions par rapport au niveau de 2005. Des ambitions qui impliqueront nécessairement de nombreux bouleversements dans le secteur énergétique chinois et apparaissent aujourd’hui comme de nouvelles opportunités de collaborations et d’investissements. 

Pour atteindre ces objectifs, la Chine entend en effet développer ses moyens de production décarbonnés au maximum et multiplier les partenariats énergétiques. Pékin mise avant tout sur le renouvelable et le nucléaire, les deux sources les plus efficaces pour lutter contre les atteintes à l’environnement et pour lesquelles, il devient progressivement l’un des plus grands producteurs mondiaux d’énergie.

La Chine, nouveau leader des énergies propres

Dans ce cadre, le Conseil des Affaires d’Etat, gouvernement central chinois, a approuvé mi décembre plusieurs projets hydroélectriques et nucléaires, s’engageant ainsi à poursuivre le développement des énergies propres tout en assurant une croissance économique stable.

Parmi les projets évoqués, on retrouve notamment la centrale hydraulique de Wudongde sur la rivière Jinsha, un projet de démonstration de centrale nucléaire de troisième génération à Fangchenggang, dans la région autonome Zhuang du Guangxi (sud) et l’expansion de la centrale nucléaire de Tianwan à Lianyungang, dans la province du Jiangsu (est).

Comme l’a déclaré à cette occasion le Premier ministre Li Keqiang, “accélérer la construction de projets hydroélectriques et nucléaires représente d’importantes mesures pour stabiliser la croissance économique, optimiser la structure énergétique et améliorer les conditions de vie“.

Selon le rapport annuel Climatescope 2015, parrainé par le Département britannique pour le développement international et l’Agence américaine pour le développement international, la Chine a investi 89 milliards de dollars dans les énergies propres en 2014, soit la somme la plus importante parmi les 55 pays pris en compte dans ce rapport mondial, illustrant l’engagement du pays en faveur d’un avenir caractérisé par de faibles émissions de carbone.

Elle a ajouté au final plus de 35 GW d’énergie propre pour la seule année 2014, et se positionne désormais à la première place du classement mondial en matière d’investissements et de mise en œuvre des énergies propres.

L’énergie nucléaire, une composante déterminante du mix énergétique chinois

Dans le secteur nucléaire notamment, le pays est passé en 2012, du 9ème au 6ème rang mondial des pays producteurs d’énergie nucléaire. En 2014, Pékin devenait même le 6ème acteur en termes de capacité de production et le 1er pour le nombre de réacteurs en construction. La Chine compte actuellement 22 réacteurs nucléaires en fonctionnement et 26 en construction, d’après l’Administration nationale de l’énergie.

Une tendance forte donc qui devrait se maintenir au regard des ambitions affichées par le gouvernement dans le cadre des politiques climatiques. Selon le plan quinquennal (2016-2020) pour l’industrie de l’énergie, la Chine va investir 500 milliards de yuans (78 milliards de dollars) pour la mise en place de plusieurs centrales en utilisant ses propres technologies nucléaires, et ajouter six à huit réacteurs nucléaires chaque année à partir de 2016.

La China Power Construction Corporation espère ainsi posséder plus de 110 réacteurs nucléaires opérationnels d’ici à 2030, ce qui en fera l’un des plus grands utilisateurs d’énergie nucléaire au monde.

“La Chine accélérera le développement de l’énergie nucléaire afin de porter à 20% la proportion de la consommation en énergie non-fossile dans la consommation énergétique totale, d’ici 2030“, a précisé le mercredi 23 décembre dernier Xie Zhenhua, représentant spécial chinois pour le changement climatique,

En savoir plus

→ La Chine doit trouver des solutions pour atteindre les objectifs climatiques sans entraver sa croissance (French.people.cn)

→ La Chine déterminée à poursuivre le développement de l’énergie propre (Xinhuanet)

→ La Chine accélérera le développement de l’énergie nucléaire (Kinhuanet)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>