Le charbon, une énergie fossile polluante sur le déclin

0 Voir tous les commentaires

energie polluante charbon ©EDF - GLADIEU STEPHANMoteur de la Révolution Industrielle du 19ème siècle, le charbon est une énergie fossile aujourd’hui fortement décriée. Il apparait en effet que sa combustion dans les centrales électriques représente une source importante d’émissions de dioxyde de carbone au niveau mondial. Alors que la communauté internationale vient d’adopter un accord universel pour lutter contre le réchauffement climatique, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a annoncé un ralentissement de la consommation mondiale de charbon. L’âge d’or de cette énergie fossile semble donc appartenir au passé. Explications.


 

La consommation mondiale de charbon sur la pente descendante

Le charbon n’a pas que des beaux jours devant lui. C’est du moins la conclusion à laquelle arrive l’AIE dans son dernier rapport annuel consacré au marché mondial du charbon. Selon les données publiées le 18 décembre par cet organisme de l’OCDE, la consommation mondiale de charbon devrait en effet connaitre un fort ralentissement jusqu’en 2020.

À cette date, l’AIE estime que 5,8 milliards de tonnes de charbon devraient être consommées à l’échelle mondiale. Un volume qui affiche donc une baisse de 500 millions de tonnes par rapport aux précédentes estimations. Toujours en 2020, il apparait que le rythme de croissance de la demande mondiale en charbon ne devrait pas excéder 0,8% : un chiffre qui était en moyenne de 3,3% entre 2010 et 2013.

De manière générale, la consommation mondiale de charbon entame son déclin. À l’horizon 2020, l’AIE estime que la part relative du charbon dans le mix électrique mondial devrait connaitre une légère baisse, passant de 41 à 37%. Une tendance qui aurait même déjà commencée l’année dernière.

L’année 2014 aura en effet été une année charnière en termes de consommation mondiale de charbon : pour la première fois depuis les années 90, la croissance de la consommation n’aura pas connu d’augmentation. L’agence internationale prédit même un premier repli pour 2015.

Deux phénomènes expliquent cette perte de popularité : le renforcement des politiques environnementales face au réchauffement climatique ainsi que la transformation économique de la Chine, pays qui consomme la moitié des ressources mondiales en charbon.

Les politiques énergétiques se tournent vers les énergies décarbonées

“La Chine est définitivement entrée dans une nouvelle ère, dans laquelle sa croissance économique ralentit, l’intensité énergétique de sa croissance décline, et la dépendance au charbon diminue, sous l’influence des préoccupations environnementales comme la pollution de l’air et la réduction des émissions de CO2″, estime Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE.

L’Empire du Milieu compte en effet s’appuyer davantage sur le secteur des services pour renouer avec la croissance de son PIB. Un changement économique structurel qui se fait notamment au détriment d’une industrie lourde énergivore, et donc grosse consommatrice de charbon.

Mais il faut surtout souligner la volonté de Pékin d’enrayer la forte pollution de son atmosphère, véritable urgence environnementale. Pour ce faire, le gouvernement chinois ambitionne de se tourner vers des technologies plus propres et moins émettrices de CO2 (modernisation des centrales à charbon, construction de 110 centrales nucléaires d’ici 2030…).

De manière plus globale, l’AIE estime que le charbon est une énergie de moins en moins populaire dans les pays développés de l’OCDE, notamment en Europe et aux Etats-Unis. Vétusté des centrales à charbon, volonté d’améliorer les bilans carbone, taxes pénalisant les émissions polluantes, soutien aux énergies renouvelables… Autant de raisons pour lesquelles de nombreux pays cherchent à se détacher des énergies fossiles que l’on sait aujourd’hui mauvaises pour l’environnement.

L’Inde devrait devenir un des principaux moteurs de croissance de la consommation mondiale de charbon au cours des prochaines années. Le pays pourrait même devenir le deuxième consommateur mondial. Une tendance qui devrait cependant rester insuffisante pour contrebalancer les prédictions générales de l’AIE.

En savoir plus

→ La consommation mondiale de charbon va fortement ralentir jusqu’en 2020 (Le Monde)

→ Charbon : l’âge d’or pourrait bien être passé, selon l’AIE (Les Echos)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>