Le solaire français rentable sans subvention après 2020

0 Voir tous les commentaires

panneaux_solaires_©EDF - Fabrice ArfarasAlors que les capacités de production photovoltaïque progressent de manière significative à l’échelle internationale, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) s’est penchée, dans une étude publiée fin décembre, sur les raisons de cette nouvelle dynamique dans l’Hexagone. Bénéficiant d’une baisse de leurs coûts de production, les installations photovoltaïques sont aujourd’hui de plus en plus compétitives et pourraient atteindre la parité réseau dès 2021 dans les régions françaises les plus ensoleillées.


 

L’énergie solaire française tend vers la parité réseau

Longtemps freinée dans son développement par des coûts trop élevés, l’énergie photovoltaïque est devenue en l’espace de quelques années une alternative énergétique des plus prometteuses et tend aujourd’hui, selon l’analyse de l’Ademe, vers la parité réseau, à savoir la rentabilité sans subvention.

L’Ademe estiment en effet que certaines installations solaires pourraient être rentables sans subvention après 2020 – plus particulièrement dans le sud de la France – grâce à la baisse des coûts de cette technologie.

L’énergie solaire est d’ores et déjà compétitive par rapport à d’autres sources d’énergie dans de plus en plus de pays du monde“, ajoute l’agence, affirmant dans le même temps que la rentabilité du solaire apparaîtra en France dès 2021 dans les régions du sud les plus ensoleillées.

Elle concernera en premier lieu les centrales solaires au sol et les panneaux solaires installés sur les grandes toitures des bâtiments tertiaires ou industriels qui leur permettent d’autoconsommer le courant qu’ils produisent.

Une baisse significative des coûts de production

Si les rendements des panneaux photovoltaïques progressent lentement mais sûrement, cette tendance s’explique surtout par une forte baisse des coûts de production des cellules solaires. Les progrès technologiques ainsi que l’augmentation de la taille des usines de production, notamment en Asie et aux Etats-Unis, permettent de réaliser désormais d’importantes économies d’échelle.

Alors que le coût s’établissait autour de 24 euros par watt en 1980, il aurait été divisé par 43 sur ces trente dernières années et serait aujourd’hui fixé aux alentours de 0,56 euros.

En France, ce coût a été divisé par quatre entre 2007 et 2014 pour une centrale au sol. Le coût des composants des panneaux solaires pourrait par ailleurs encore baisser dans l’Hexagone de 35% d’ici à 2025, d’après les estimations de l’agence.

Une autoconsommation de plus en plus rentable

L’autoconsommation d’électricité produite à partir de panneaux solaires installés sur les toitures pourrait également bénéficier de la hausse des prix de l’électricité sur le marché de détail.

Plus les prix sont élevés, plus il est intéressant pour un bâtiment de produire lui-même l’électricité qu’il consomme plutôt que de l’acheter à un fournisseur extérieur. Cela pourrait “faire émerger une autoconsommmation rentable pour certains bâtiments tertiaires“, assure l’Ademe, précisant là encore que cela concerne essentiellement le sud de la France, plus ensoleillé.

Au final, l’agence estime dans ce cadre que 100 mégawatts/an de nouvelles capacités pourraient être installées entre 2020 et 2025 sur ces deux créneaux des panneaux sur toitures et des centrales au sol “sans aide d’Etat”, et préconise une série de mesures d’accompagnement vers un système affranchi de toutes subventions.

L’Ademe évoque notamment la création d’une prime à l’investissement pour inciter au développement du solaire par les particuliers, des appels d’offres incluant des technologies innovantes pour soutenir la filière française, ou la mobilisation de l’investissement public dans les entreprises innovantes.

En savoir plus

→ Le photovoltaïque français rentable « sans subvention » après 2020 selon l’Ademe (Connaissance des énergies)

→ L’électricité solaire sera rentable dans le sud France après 2020 (Le Parisien)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>