Le “superbonus” dynamise le marché de la voiture électrique

0 Voir tous les commentaires

renault_electrique_©EDF-Thierry-MouretSi le marché des véhicules électriques éprouve les plus grandes difficultés à décoller, l’année 2015 pourrait bien marquer un tournant pour la filière en France. En effet, dopées par le superbonus et les autres mesures incitatives du gouvernement, les ventes ont fortement augmenté depuis le début de l’année et dépassent depuis le 1er septembre les 10.000 immatriculations pour les seuls véhicules particuliers.


 

Forte augmentation des ventes en 2015

Selon le baromètre mensuel des ventes de voitures électriques en France publié par l’association Avere, les Français ont acheté plus de 10.000 voitures électriques neuves depuis le début de l’année 2015, soit une augmentation de 86% par rapport à l’année 2014 à la même époque.

Le segment des véhicules électriques particuliers a enregistré une hausse de 82% entre juillet et août, pour atteindre les 2.016 immatriculations. “Dans une période habituellement calme pour l’automobile, le marché maintient donc sa dynamique de croissance, amorcée depuis le mois d’avril où la prime à la conversion est entrée en vigueur“, souligne l’Avere.

Entre janvier et août 2015, la France compte 10.048 nouveaux véhicules électriques particuliers, contre 5.415 en 2014. La part de l’électrique représente 0,8% du marché automobile français (contre 0,5% en 2014). Une tendance favorable au constructeur Renault et son modèle ZOE qui dominent une nouvelle fois le classement des ventes avec 1.023 immatriculations, soit plus du double des résultats de juillet et août 2014 (449 immatriculations). Suivent la Nissan LEAF avec 401 immatriculations et la Peugeot Ion (155).

Petit bémol, le marché des véhicules utilitaires a quant à lui légèrement fléchi, avec 2.565 immatriculations enregistrées de janvier à août chez les professionnels, contre 2.710 véhicules l’an dernier. Au total, toutes catégories confondues, 12.613 véhicules électriques ont été immatriculés à ce jour en 2015, soit une progression de 55% par rapport à 2014.

Le superbonus, moteur d’une croissance prometteuse

Une évolution positive qui s’explique avant tout, selon l’Areve, par les premiers effets du “superbonus” à l’achat de véhicules propres neufs, mis en place au mois d’avril par le gouvernement. Il est d’autant plus avantageux qu’il peut se cumuler au bonus écologique déjà existant : au total, l’aide à l’achat peut désormais s’élever jusqu’à 10.000 euros, en fonction du bilan carbone du type de véhicule choisi. Rappelons que le bonus écologique récompense depuis 2007 l’achat des véhicules les moins émetteurs de CO2 et s’échelonne jusqu’à 6.300 euros. 

Le superbonus atteint quant à lui 2.500 euros pour les véhicules hybrides rechargeables (21 à 60 g de CO2/km) et 3.700 euros pour le 100% électrique (qui émet moins de 20 g de CO2 /km), et ne peut être attribué qu’en réponse à certains critères bien spécifiques. Ainsi, pour bénéficier de ce coup de pouce supplémentaire, l’acheteur potentiel doit mettre à la casse une voiture à moteur diesel de plus de 15 ans.

Cette nouvelle aide gouvernementale a également un effet d’entraînement sur la stratégie marketing des constructeurs qui proposent désormais des offres plus attractives. Peugeot, par exemple, a instauré pour sa iOn une offre à prix réduit qui a su séduire de nouveaux clients. D’autres groupes, comme l’américain Tesla, se sont convertis au parrainage, qui consiste à offrir des récompenses aux clients qui parviennent à convaincre un autre client d’acquérir un modèle électrique.

La mobilité électrique, grand chantier de la transition énergétique

Enfin, comme l’ajoute l’Avere dans son rapport, cette tendance devrait se trouver “confortée par la loi de transition énergétique qui renforce le soutien public aux véhicules à très faibles émissions“.

Promulguée le 18 août dernier, cette loi portée par la ministre de l’Écologie Ségolène Royal entend convaincre les Français de se convertir à l’électrique et prévoit dans ce cadre plusieurs mesures incitatives comme la prime au remplacement de vieux diesel et le crédit d’impôt (à hauteur de 30%) pour l’installation de bornes de recharge chez les particuliers. Le gouvernement espère mettre en place d’ici à 2030 un réseau de 7 millions de points de charge publics et privés en France, contre seulement 10.000 bornes accessibles aujourd’hui.

Le texte prévoit également des tarifs préférentiels sur les autoroutes pour les conducteurs de voitures propres, des facilités de stationnement et de circulation, l’évolution du bonus malus ou encore l’introduction d’un plan de mobilité en entreprise.

En savoir plus

→ Le marché de la voiture électrique franchit les 10 000 immatriculations (Areve)

→ Le «superbonus» a dopé les ventes de voitures électriques cet été (Le Figaro)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>