Logement : le surcoût des BBC compensé par les économies d’énergie

0 Voir tous les commentaires

Habitat social, BBC, ville de Nantes - ©EDF Cyrus CornutImposées par la Réglementation thermique RT 2012, les nouvelles normes Bâtiment Basse Consommation (BBC) applicables dans la construction de logements neufs seraient bel et bien rentables. Selon une enquête du Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) réalisée sur le prix de revient des logements neufs et publiée le mardi 15 décembre dernier, le surcoût engendré par ces investissements énergétiques seraient largement amortis sur le long terme via les économies d’énergie réalisées.


 

Vers la généralisation des bâtiments basse consommation

En vigueur depuis le 1er janvier 2013, la réglementation thermique 2012 correspond à un objectif de modération de la consommation d’énergie primaire au m² proche du niveau du label “bâtiment à basse consommation” (BBC), et constitue un palier important vers la réduction de la consommation énergétique du résidentiel neuf dans l’attente des normes plus strictes de type Bepos (Bâtiment à énergie positive).

Elle porte principalement sur l’efficacité énergétique du bâti, qui influence les besoins en chauffage et en éclairage du logement, sur la consommation d’énergie primaire, qui dépend, en plus de l’optimisation du bâti, du recours à des équipements énergétiques performants, et sur le confort thermique d’été, qui renvoie à l’évolution des températures du logement en cas de forte température extérieure.

Ces évolutions nécessaires encouragées dans le cadre de la loi de transition énergétique impliquent toutefois des coûts et investissements supplémentaires non négligeables pour les propriétaires ou autres entrepreneurs. Entre la RT 2005 et le label BBC, ces surinvestissements seraient de l’ordre de 14 % du coût de construction d’un logement individuel, et de 9 % dans le collectif.

La performance énergétique, un investissement rentable

Un investissement accru entraînant de fait une optimisation de la performance énergétique des logements en question et à fortiori une baisse de la consommation. Le CGDD estime en effet que les consommations en énergie primaire par mètre carré seraient désormais divisées par trois ou quatre, permettant ainsi de compenser ces surcoûts sur la durée de détention du logement.

Le passage de la RT 2005 au label BBC permettrait de gagner entre 390 et 650 euros par an, selon le type de logement et le type d’énergie. “Actualisées sur 25 ans, ces économies compensent partiellement le surcoût de construction pour l’individuel et le collectif“, détaille le CGDD dans son rapport. Cette compensation serait totale à partir d’un taux de croissance annuel des prix de l’électricité de 3,5% dans l’individuel et de 1,1% dans le collectif.

Au niveau national, la réduction des déperditions énergétiques permise par une meilleure isolation entraînerait là aussi une économie non négligeable en termes d’émissions de carbone . “En supposant, par exemple, une part de l’électricité de 70 %, la consommation d’énergie finale annuelle de 1.500 millions de m² de logements correspondrait à 3,7 MTep selon les normes de la RT 2012, contre 11,1 MTep selon les normes de la RT 2005, soit une économie théorique de 7,4 MTep“, ajoute le CGDD.

L’énergie de chauffage, un choix déterminant dans le coût additionnel des BBC

L’étude soulève également l’impact significatif du choix de l’énergie de chauffage dans l’évaluation des coûts. L’utilisation de l’électricité comme énergie de chauffage serait toujours dans ce cadre la solution la moins onéreuse. 

Dans le collectif comme dans l’individuel, les coûts de la construction sont affectés par le choix de l’énergie de chauffage utilisée dans le logement. En comparaison avec le gaz, l’électricité conduit à des coûts de construction respectivement 6% et 4% moins élevés dans l’individuel et le collectif“, détaille le rapport.

L’électricité est d’ailleurs le type d’énergie de chauffage le plus souvent choisi dans l’individuel. Elle est fortement présente dans les opérations de construction de logements collectifs, même si le gaz restant toujours l’énergie majoritaire pour ce type de logements.

En savoir plus

→ Performance thermique des logements neufs : les surcoûts de construction compensés par les économies d’énergie (Rapport du CGDD)

→ RT 2012 : une norme qui ne coûte(rait) pas plus cher (Actu-Environnement)

→ Performance thermique : le surcoût est compensé par les économies d’énergie (Batiactu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>