Que la lumière soit : Oledcomm lève des fonds pour le Li-Fi

1 Voir tous les commentaires

ILLUSTRATIONS

Entreprise pionnière du LiFi, la startup Oledcomm avait annoncé début 2014 qu’elle allait ouvrir son capital pour pouvoir continuer sa croissance et faire face à la concurrence internationale. Oledcomm a lancé une levée de fonds de 5 millions d’euros. Des discussions sont en cours avec des fonds nationaux et étrangers pour arriver à une clôture dans les mois qui viennent.  La technologie du LiFi permet de transmettre des données numériques sans fil, grâce à la lumière fournie par des lampes à LED (diodes électroluminescentes ou DEL en français). Un système qui pourrait bien remplacer le Wi-Fi dans les années à venir. Une idée lumineuse !


 

Le Li-Fi : une invention d’avenir et une technologie en devenir

Mais alors, comment ça marche ? Le fonctionnement du Li-Fi ressemble en fait beaucoup à celui du morse, le langage utilisé par les marins pour communiquer à distance en mer. Sauf que la cadence et la précision du message lumineux ne sont pas les mêmes au XXIème siècle : avec le Li-Fi, la lampe s’allume et s’éteint des millions de fois par seconde, ce qui permet de transmettre plusieurs centaines de Mégabits/s d’informations, soit plus que le Wi-Fi.

En outre, ce support innovant de communication est sans risque pour la santé et ne subit aucune interférence avec les ondes radio. À noter que l’émergence du Li-Fi est complètement corrélée à celle des LED (Light Emitting Diode), caractérisées par des fréquences de commutation très élevées. Cependant, ce procédé connait un inconvénient certain : l’impossibilité de transmettre des données si un obstacle est présent ou si la lumière s’éteint.

Une technologie qui pourrait bien révolutionner le monde digital

Avec le Li-Fi, il sera donc bientôt possible de transmettre des contenus tels que des vidéos, de la musique ou encore des données de géolocalisation uniquement grâce à la lumière émise par des LED. Si les applications d’un tel système ne sont pas encore légion, elles ne devraient pas tarder à se multiplier. En ce sens, la firme Oledcomm a déjà vendu des équipements Li-Fi au musée Grand Curtius de Liège afin de remplacer les audio-guides. Le visiteur n’a alors qu’à passer près d’une œuvre (et de son éclairage) pour que l’histoire de cette dernière lui soit narrée. De même, les applications du Li-Fi dans les gares pour informer les voyageurs (SNCF) ou dans les bâtiments pour créer un réseau de smartlighting (luminaires communicants) et renforcer les systèmes de domotique déjà présents (smartgrids, compteurs communicants …) font l’objet de tests actuellement.

Dans le futur, les applications pour les grands groupes pourraient être encore plus nombreuses. Par exemple, si une grande surface mettait en place des systèmes envoyant des informations sur le smartphone des clients en fonction de leur position dans les rayons. Ou encore, pour obtenir des informations très précises sur la météo, les transports ou la circulation grâce aux réseaux d’éclairage. Pour rappel, si les LED ont été inventées initialement pour réduire la consommation d’énergie, les possibilités qu’elles offrent en matière de communication vont très certainement leur permettre de faire d’une pierre deux coups. En effet, en plus de réduire la consommation d’énergie pour s’éclairer, les LED pourraient bien aider à faire diminuer la pollution de l’atmosphère quant aux ondes magnétiques radios qui seraient néfastes pour la santé.

Oledcomm, une startup novatrice qui entend bien grandir grâce au Li-Fi

La levée de fonds actuelle d’Oledcomm fait sens, au moment où cette société se développe à l’international. Selon Suat Topsu, le dirigeant et fondateur d’Oledcomm, si « la vraie concurrence va venir de Corée et de Chine », celle à laquelle le groupe fait face est déjà bien fournie (LVX System, ByteLight, pureVLC, Nagakawa Laboratories et Outstanding Technology). Une situation qui oblige la société à grossir. Force est de constater que cette argumentation a convaincu EDF car l’électricien français a décidé de participer à ce projet. Ainsi, le chargé de développement chez EDF Optimal Solutions, Cyril Thiriot, n’hésite plus à affirmer que « le Li-Fi est plus qu’un moyen de communication: c’est une technologie qui peut engendrer de nouveaux modèles de business » et permettre au groupe de rester « à l’avant-garde en termes de services sur-mesure proposés aux clients ».

Dès lors, la firme fondée en 2012 devrait continuer à augmenter ses capacités de production (elles s’élèvent aujourd’hui à plusieurs centaines de milliers de clefs Li-Fi par mois) et de recherche. Une croissance logique au vu des partenaires prestigieux du groupe (SNCF, Thales, Thomson Lighting, Valeo) qui s’ajoute à EDF Optimal Solutions. Enfin, le groupe s’est allié avec la startup française Sunpartner Technologies (dans une situation analogue à Oledcomm car l’entreprise a levé il y a peu 3,1 millions d’euros) afin d’échanger des savoir-faire.

Enfin, il convient de ne pas occulter le véritable obstacle sur la voie de la viabilité pour cette technologie : celui que soulève la lumière blanche. À l’heure actuelle, les LED qui permettent d’atteindre des débits de plus d’un gigabit par seconde sont des LED bleues. Or, pour éclairer une pièce ou en extérieur, il est nécessaire d’avoir une lumière blanche. Au stade actuel, cet éclairage est obtenu en faisant passer la lumière émise par une LED bleue à travers une substance qui émet de la lumière. Le principal défi qui attend la filière est donc d’arriver à viabiliser les LED blanches pour qu’elles puissent transmettre autant de données que les bleues.

En savoir plus 

Le Li-Fi : se connecter grâce à la lumière

1 réflexion au sujet de : Que la lumière soit : Oledcomm lève des fonds pour le Li-Fi

  1. Le , marfan patrick a dit :

    le mot impossible n’est pas français , bravo au deux créateurs de permettre a tous d’être connectés sans la nuisance des ondes………

TOP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>