Sogrid à Toulouse : une expérimentation smart grid à grande échelle

0 Voir tous les commentaires

L'espace EDF BazacleLes réseaux électriques intelligents ou « smart grids », qui permettent d’améliorer la gestion de la production mais également de la consommation électrique, sont au cœur du débat sur la transition énergétique. Le 11 avril dernier, une expérimentation de smart grid à l’échelle d’un quartier a été lancée à Toulouse. Baptisé « Sogrid », le projet sera testé  jusqu’en 2015 pour un budget total de 27 millions d’euros.


 

L’installation de l’expérimentation

Le projet Sogrid, installé sur le territoire de Toulouse métropole a été officiellement lancé jeudi 11 avril.

Il a pour objectif de tester un réseau électrique « smart grid », dit « intelligent », autrement dit un réseau utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) pour être à la fois communicant, interactif et multidirectionnel.

Le programme va développer une puce électronique de nouvelle génération, ainsi que les équipements qui embarqueront cette puce et les logiciels qui y seront intégrés. Ils seront installés sur le territoire Toulouse-Métropole en 2014.

Visant à développer une « chaîne de communication inédite », ces installations permettront la surveillance, le pilotage et l’intervention en temps réel sur le réseau électrique.

Un démonstrateur grandeur nature sera déployé auprès de 1.000 clients toulousains en ville et en zone rurale pour étudier leur comportement jusqu’à fin 2015.

Les bénéfices du réseau intelligent

L’expérimentation doit tester l’efficacité de l’installation pour remplir les trois principaux objectifs des smartgrids :

• donner une connaissance en temps réel des événements survenus en tout point du réseau ainsi que la possibilité d’agir à distance
• permettre d’assurer à chaque instant l’équilibre entre production et consommation, notamment lors des pics de consommation, grâce à l’effacement de certains appareils
• offrir au consommateur la possibilité de maîtriser sa consommation et de bénéficier d’une qualité de service renforcée

Un projet d’envergure

Le projet réunit un consortium de 10 partenaires, porté par ERDF et STMicroelectronics (associant Nexans, Sagemcom, Landis+Gyr, Capgemini,  Trialog, LAN, Grenoble INP, et l’École polytechnique (LIX)).

Une centaine de professionnels, chercheurs et industriels, travaillera sur le projet jusqu’à la fin 2015 et 1.000 clients participeront au programme en testant chez eux le dispositif.

Avec un budget de 27 millions d’euros, SoGrid a pour ambition d’avoir un impact à l’échelle internationale.

« Le projet doit favoriser le renforcement d’une filière industrielle française des semi-conducteurs dans le cadre  du développement des smart grids. Il porte par conséquent une ambition industrielle et économique majeure : celle de définir un standard international à même d’être exporté », a déclaré le consortium dans un communiqué commun.

Dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir, opéré par l’Ademe, le projet recevra un financement à hauteur de 12 millions d’euros.

En savoir plus

Toulouse métropole s’affirme comme une terre d’innovation (le-blog ERDF) 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>