Une canopée photovoltaïque pour couvrir le périph’ parisien ?

5 Voir tous les commentaires

panneaux_solaires_photoEDFA l’occasion du prochain conseil de la ville de Paris, des élus EELV (Europe Ecologie-Les Verts) du 14ème arrondissement présenteront un projet de couverture du périphérique parisien avec une canopée solaire.

Il  ne concerne pas l’ensemble du périphérique, mais seulement les zones les plus exposées à l’ensoleillement, à l’ouest et à l’est de Paris. « 20 hectares de surface » selon l’élue Celia Blauel.

Selon les élus, la concrétisation d’un tel projet pourrait aider Paris à atteindre les objectifs fixés dans le cadre du plan climat de la ville (25% d’énergies renouvelables pour 2020).

Ils proposent de s’inspirer du modèle de la toiture légère des Halles, en y adjoignant une membrane solaire. Ce type de réalisation est déjà à l’étude en Belgique et au Royaume-Uni.

Outre la production énergétique, la canopée aurait une autre fonction : elle permettrait de réduire les nuisances sonores provoquées par la circulation dense, qui affecte 100.000 personnes.

Selon les élus, le projet pourrait être en partie financé par la revente de l’électricité produite par la canopée.

A lire aussi :

5 réflexions au sujet de : Une canopée photovoltaïque pour couvrir le périph’ parisien ?

  1. Le , R. Artaud a dit :

    Ce projet mérite qu’on lui accorde de l’intérêt. L’énergie cinétique dégagée par l’Homme est un potentiel totalement inexploité et pour le coup entièrement renouvelable.
    Pourquoi ne pas en installer dans des lieux aux files d’attentes interminables ? Ou sur les quais des métros et des tramways ?
    En revanche, comme le dit l’article, la question du coût économique de ces dalles freine assurément leur développement.

    • Le , cd a dit :

      Apparemment, il y a confusion, il ne s’agit pas de récupérer l’énergie cinétique (vitesse), mais l’énergie solaire….
      Quand à l’énergie cinétique, les voitures hybrides (et électriques) la récupèrent au freinage ou en descente. Achetez en une.
      Si vous parlez de l’énergie thermique rejetée par les individus (50 W environ), l’efficacité des systèmes de récupération (échangeurs) n’est pas suffisante à des températures aussi basses.

  2. Le , Pascale a dit :

    Quel sera l’impact écologique d’une telle mesure ? En effet, toute la chaleur captée et détournée pour produire de l’électricité ne viendra plus atterrir sur le sol comme elle le fait depuis des millions d’années. Paris deviendrait une ville glaciale ?

    • Le , Toufou a dit :

      On parle de couverture du périphérique, une autoroute toute goudronnée, que la chaleur du soleil soit absorbée par le goudron ou par les panneaux photovoltaïque cela ne changera absolument rein au climat de la planète.

      • Le , SANSILLUSIONS a dit :

        Non ,l’énergie absorbée est restituée par la chaussée dès lors que la température baisse, c’est un volant thermique comme la mer peut l’être
        Quel sera le coût de l’éclairage de la chaussée
        Remarques, quel sera la coût en déficit de la balance commerciale de la France, panneaux produits en Chine
        Quel sera le coût de la destruction après vingt ans en moyenne d’utilisation , ces panneaux sont composés de matériaux toxiques
        Remarques ,c’est pareil pour les éoliennes , le coût du démentèlement est minimum égal a celui de la construction en valeur constante Réfléchissons plus loin que le bout du nez

TOP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>