L’Afrique du Sud relance le projet d’extension de son parc nucléaire

0 Voir tous les commentaires

bâtiment réacteur - EDF Copyright - ERANIAN PHILIPPELe programme de développement nucléaire sud-africain, très prometteur au regard des ambitions du gouvernement, devrait enfin se concrétiser. Le gouvernement du Jacob Zouma a officiellement donné son feu vert, le dimanche 27 décembre dernier, au lancement d’un processus qui pourrait conduire à une augmentation de 9.600 MW de sa capacité de production nucléaire.


 

Vers un mix électrique plus durable

Victime de coupures de courant régulières qui pèsent sur la croissance économique nationale, l’Afrique du Sud entend désormais renforcer son réseau d’approvisionnement électrique et se défaire par la même occasion de sa forte dépendance aux combustibles fossiles.

Le gouvernement a entrepris pour cela un vaste programme de réformes et de transition énergétique destiné à réduire de manière significative sa dépendance au charbon et à augmenter dans le même temps la part des énergies propres dans sa production d’électricité.

Ce programme prévoit notamment le développement d’un mix énergétique durable, comprenant du charbon en moindre quantité, du gaz, des énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydraulique) et de l’énergie nucléaire.

Un premier appel d’offres en 2016

Si aucun calendrier n’a été précisé, le programme nucléaire sud-africain, depuis longtemps évoqué, devrait donc bel et bien connaître une avancée majeure en 2016. Une note publiée au Journal officiel confirme que le gouvernement sud-africain s’apprête à lancer un appel d’offres pour la construction de plusieurs réacteurs nucléaires, alors que le gouvernement n’avait pas jusque-là fait d’annonce officielle sur le sujet.

Comme l’a expliqué dans un communiqué le ministère de l’énergie, “la première étape de ce processus consistera en un appel à propositions ouvert au secteur nucléaire, les propositions éventuelles devant faire l’objet d’un examen détaillé par le gouvernement avant le lancement d’un appel d’offres formel“.

Le plan d’intégration des ressources électriques du pays établi en 2010, prévoit notamment d’augmenter les capacités de production nucléaire de 9600 MW. Une puissance qui devrait s’ajouter aux 1830 MW déjà installés dans la centrale de Koeberg. Le pays projette pour cela d’acquérir huit réacteurs nucléaires d’ici à 2023 pour un coût total évalué à plus de 60 milliards d’euros. La France, la Chine, le Japon, la Russie, le Canada et la Corée du Sud sont déjà en lice pour remporter ce contrat.

Le financement en question

Cela étant et malgré les ambitions clairement affichées du gouvernement, la question du financement global de ces nouvelles unités de production nucléaires pose toujours de nombreuses interrogations. Certains analystes estiment même que les dizaines de milliards d’investissements nécessaires pourraient peser dangereusement sur le prix de l’électricité.

Le gouvernement se veut néanmoins rassurant. L’ancien ministre des Finances Nhlanhla Nene a promis que le programme nucléaire serait transparent et son successeur, Pravin Gordhan, a déclaré que ses services veilleraient au maintien d’une politique budgétaire prudente, y compris en matière de dépenses liées à la construction éventuelle de nouveaux réacteurs.

Le Trésor avait par ailleurs annoncé en octobre dernier avoir constitué une première provision de 200 millions de rands (12 millions d’euros) pour couvrir les coûts à venir liés à la construction de nouvelles centrales nucléaires.

En savoir plus

→ Afrique du Sud : Cap sur le nucléaire (Impact 24 Info)

→ Afrique du Sud: feu vert au programme nucléaire contesté (RFI)

→ L’Afrique du Sud lance son projet d’extension du parc nucléaire (Capital)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>